Faire du vélo sous la pluie : nos conseils pour vous équiper !

Août 10, 2020

Sommaire

  1. La pluie comme frein majeur au vélo au quotidien
  2. Les bonnes pratiques pour rouler en sécurité sous la pluie 
  3. Quel équipement choisir pour rouler sous la pluie ?
  4. La pluie, vous l’aimez un peu, beaucoup, passionnément … pas du tout !

La pluie comme frein majeur au vélo au quotidien

Les conditions météo sont le plus souvent citées comme étant un frein majeur à l’utilisation du vélo au quotidien. Une enquête menée auprès de 3945 français en octobre et novembre 2012 réalisée en France à la demande du Club des villes et territoires cyclables et du Ministère Français de l’Écologie indique que les mauvaises conditions météorologiques (pluie, froid, neige) sont citées par 58% des personnes interrogées comme étant la principale raison pour ne pas faire du vélo.

Les pratiquants occasionnels sont même 68,9 % à totalement renoncer en cas de pluie ou de froid. Une étude plus récente publiée en 2018 par Elsevier Ltd et réalisée à l’échelle internationale auprès de 1064 cyclistes urbains issus de 20 pays situés en Europe, Amérique Latine et Amérique du Nord indique que les conditions météorologiques et les risques d’accident sont les deux principaux motifs de renoncement à la pratique du vélo.

Paradoxalement les pays d’Europe du Nord où les conditions météorologiques sont les plus rudes sont aussi les pays où la pratique du vélo pour les déplacements du quotidien est la plus répandue. Preuve en est que la pluie et le vélo ne sont pas incompatibles. Il vous suffit pour cela de suivre quelques bonnes pratiques et d’être bien équipé pour la pluie. Les norvégiens aiment d’ailleurs souvent citer à ce sujet un de leurs proverbes qui affirme qu’il n’y a pas de mauvais temps mais juste de mauvais équipements !

Les bonnes pratiques pour rouler en sécurité sous la pluie

Le premier point de vigilance à rappeler consiste à repérer à l’avance les nombreuses zones glissantes que l’on peut trouver en ville, telles que les rails de tramway, les bouches d’égout ou encore les bandes peintes sur la chaussée. De même, si dans vos souvenirs d’enfance, vous aviez l’habitude de rouler dans les flaques d’eau et les amas de feuilles, il vous faudra résister à cette folle envie, car en temps de pluie, outre l’aspect glissant on ne sait jamais ce qu’il y a dessous ! 

Le deuxième point réside dans l’anticipation face au freinage car lorsqu’il pleut, il est de coutume de dire que l’on met deux fois plus de temps à freiner en raison de la chaussée glissante en milieu urbain. De plus, il est nécessaire de freiner doucement, surtout avec des freins à patins conventionnels. Il convient aussi de baisser un peu la pression de vos pneus en cas de forte pluie. Après avoir roulé, mieux vaut également contrôler la propreté de  vos pneus, car une fois mouillés, ils ont tendance à récolter tout ce qui traîne sur la chaussée ! 

Après la pluie, pensez à l’entretien de votre bicyclette, particulièrement au niveau de la chaîne qu’il vous faut nettoyer puis regraisser afin d’éviter le phénomène de rouille accélérée. Enfin, on ne le rappelle jamais assez, il vous faut plus que jamais adopter une conduite responsable et prudente par temps de pluie en modérant notamment votre vitesse. 

Quel équipement choisir pour rouler sous la pluie ?

A moins que vous ayez une tenue de rechange et la possibilité de vous changer à l’arrivée, Il est important de vous équiper convenablement pour faire du vélo sous la pluie, notamment en cas de vélotaf, c’est-à-dire pour se rendre au travail en vélo. Les solutions ne manquent d’ailleurs pas. Pour la partie haute du corps : imperméables, parkas, ponchos vélo, capes de pluie, parapluies vélo, vestes de pluie vélo… Quelque soit l’option choisie, il est important que vous ne vous sentiez pas engoncé dans votre veste imperméable vélo ou votre cape de pluie et que vous conserviez pleinement votre liberté de mouvement avec votre habit. Pensez également à protéger votre visage car il n’est jamais très plaisant de faire du vélo avec des projections de pluie dans les yeux ! C’est encore plus vrai si vous portez des lunettes, sans compter la buée qui peut s’accrocher à ces dernières. Enfin, si vous ne voulez pas avoir les cheveux trempés, pensez également à vous protéger le crane, par exemple avec une veste vélo munie d’une capuche imperméable ou un couvre-casque.

Pour la partie basse du corps, il convient également de vous protéger contre les projections qui remontent de la route. La première protection de pluie est donc le garde-boue. Un à l’avant car la roue avant projette de l’eau sur le bas de vos jambes et un autre à l’arrière car la roue arrière la rejette sur votre dos. Heureusement pour vous, la plupart des vélos de ville et VTC en sont déjà pourvus à l’achat. Dans le cas contraire, il vous faut les acheter en option et de nombreux modèles se montent facilement et parfois même sans outils. Si vous avez un vêtement de pluie peu couvrant, il faut également vous couvrir les jambes et les pieds avec un pantalon imperméable ou des guêtres. Certaines guêtres sont d’ailleurs prévues pour couvrir également les pieds mais de simples couvre-chaussures vélo, protèges chaussures ou surchaussures vélo peuvent également faire l’affaire. Dans le cas contraire, les vélotafeurs le savent bien, mieux vaut prévoir un jeu de chaussettes sèches de rechange !

Pour les mains et le postérieur, les manchons anti-pluie et anti-froid sur guidons demeurent bien plus efficaces et esthétiques que les gants. Si vous pratiquez le vélotaf, le protège selle est quant à lui une valeur sûre afin de ne pas exposer vos fesses mouillées au regard de vos collègues de travail ! En cas d’oubli de votre couvre selle, un simple sac plastique positionnée sur la selle peut néanmoins suffire à vous dépanner.

Notre entreprise Rainjoy étant l’auteur de ces lignes, impossible de passer à côté de la Bub-up®, une bulle de protection contre la pluie pour les déplacements à vélo au quotidien. Elle se déploie instantanément, s’adapte sur tous les vélos et après utilisation, se range puis se transporte facilement. Une fois déployée au-dessus du cycliste, la Bub-up® s’apparente à une capote antipluie ou à un toit pour vélo qui permet de rester au sec lors des intempéries, que cela soit une petite pluie humide ou une forte averse. C’est en quelque sorte la version moderne du parapluie adaptée à la bicyclette pour les déplacements du quotidien, pour aller au travail (velotaf) ou pour partir en voyage à vélo. C’est donc la combinaison parfaite entre parapluie, pare-brise et veste de pluie avec à la clé moins de problèmes de transpiration comparativement à un vêtement de pluie. La Bub-up® est une solution alternative ou complémentaire au vêtement de pluie car elle offre une protection intégrale contre la pluie et le froid sur plus de 80% de la surface corporelle. Avec la Bub-up®, non seulement vous allez désormais aimer faire du vélo sous la pluie mais en plus vous allez jubiler à l’idée de pouvoir rouler en simple tenue de ville, sans capuche et sans être mouillé ! 

rainjoy bub up protection contre la pluie à vélo

Il est par ailleurs très important d’être visible par temps pluvieux ou nuageux, particulièrement si le brouillard s’invite au rendez-vous. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de multiplier les éclairages ou les réflecteurs. En complément de la Bub-up®, la Bub-up® Light est l’accessoire indispensable pour rouler la nuit en toute sécurité. Facile à fixer grâce à un clip magnétique, la Bub-up® Light est une diode électroluminescente de couleur rouge qui vient se positionner sur l’un des deux emplacements prévus à cet effet sur votre Bub-up®. Plus d’information sur la Bub-up® et la Bub-up® Light sur www.rainjoy.eu .

Enfin, en ce qui concerne les vélos électriques (VAE ou Vélo à Assistance Electrique), sachez que contrairement à certains préjugés, ceux-ci sont pleinement compatibles avec la pluie. Mieux vaut toutefois retirer la batterie lors d’un stationnement prolongé en extérieur sous une forte pluie.

La pluie, vous l’aimez un peu, beaucoup, passionnément … pas du tout !

Pourquoi se déplacer en vélo ? Parce que c’est rapide, économique et c’est bon pour la santé et l’environnement. C’est également bon pour le moral car l’on prend généralement du plaisir à faire du vélo. Nous allons même plus loin en affirmant qu’il est possible, à condition d’avoir le bon équipement, de prendre du plaisir en vélo sous la pluie. Commencez par l’expérience d’une simple petite bruine venant caresser votre visage et vous verrez !

Si toutefois la pluie vous révulse définitivement, sachez que plusieurs applications pour smartphone qui permettent d’éviter la pluie ont vu le jour ces dernières années. L’application DryBike vous permet par exemple de gérer tout vos trajets de travail de la semaine et consulter la météo pour ainsi éviter le mauvais temps sur vos parcours. RainToday et Alerte Pluie propose quant à elles des alertes de pluie en temps réel et sur la quantité de pluie attendue. Encore faut-il que vous acceptiez de reporter ou de décaler votre trajet en vélo si vous voulez absolument éviter le rendez-vous avec dame pluie !

Bub-up®, la bulle de protection contre la pluie pour le
vélo qui libère le cycliste du vêtement de pluie.

1 Commentaires

1 Commentaire

  1. Christophe

    Un produit innovant, le genre qui fait dire “Pourquoi personne n’y avait pensé avant ?”.

    Pour l’avoir testé il y a peu, sous la pluie, je peux confirmer que c’est un produit simple d’utilisation, et très efficace.

    Facile à déployer, le Bub’Up protège bien de la pluie sans aucune gène.
    Il se replie aisément, tient peu de place… et j’étais sec !

    Bravo !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code